7 raisons d'espérer un avenir sans NPD

Npd
 
 
Parce que malgré les apparences (a obtenu de siéger au Parlement européen), ce parti d'extrême droite semble vivre son crépuscule.

 

1 > Baisse de nombre d'adhérents

 

À sa création, le 28 novembre 1964, le NPD (Nationaldemokratische Partei Deutschlands - Parti national-démocrate d'Allemagne) comptait près de 30.000 membres d'une Allemagne en proie au chômage et aux mouvements étudiants qui ont destabilisé les plus conservateurs.

Aujourd'hui, le NPD ne rassemble plus que 5.000 membres.

 

2 > Un ADN trop lourd à propager

 

Une extrême droite si conservatrice qu'elle n'a su faire évoluer ni son discours ni son image. De sorte que son "ancêtre" NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei - Parti national-socialiste des travailleurs allemands), le parti nazi dirigé par Hitler lui colle toujours à la peau.

3 > Une entrée au Parlement européen en demi-teinte

Certes, l'entrée du NPD au Parlement européen fut un choc pour bon nombre d'Européens, mais alors qu'il visait 3 sièges, le NPD n'en a finalement obtenu qu'un seul.

4 > Des élections nationales pas plus reluisantes

Le NPD a reculé dans les Länder de Thuringe (3,6%) et de Brandenbourg (2,2%) et a carrément perdu ses sièges en Saxe.

5 > Des leaders éphémères et décriés par la base

Frank franzL'actuel président du NPD, Frank Franz est dépeint comme un jeune "playboy" narcissique assis sur un siège éjectable. Il lui est notamment reproché de poser sur son Facebook comme le "beau gosse" de service sans rien impulser de sérieux dans le parti (Photo ci-contre).

Son prédéceseur Udo Pastörs n'avait pas fait long feu non plus et avait rendu les clefs de la maison au bout d'une année seulement.

Avant lui, Holger Apfel a tenu 2 ans avant d'être pris dans un scandale de harcèlement homosexuel au sein du parti.

6 > La concurrence des nouveaux partis eurosceptiques

Les thèses protectionistes et nationalistes du NPD se sont vues adoptées avec succès par de nouveaux partis, frais et à l'image moins sulfureuse, comme le parti AFD (Alternative für Deutschland), créé en 2013 et qui a obtenu 4,7% des suffrages aux dernières élections fédérales.

7 > Un risque d'illégalité du parti

En effet, l'hémorragie des militants et la concurence des nouveaux partis eurosceptiques peut amener le NPD à se radicaliser afin de s'affirmer davantage. Le risque étant de s'acoquiner un peu trop avec les groupes néonazis et de contrevenir ainsi à la Loi fondamentale allemande, ce qui l'exposerait à son interdiction.

> Fin de parti n'est pas fini de jouer

Restons néanmoins attentifs, car le déclin du NPD ne signifie pas le déclin de la pensée néonazie...

(Source: Tagesspiegel, slate.fr, Wikipedia / Image: Zeit.de)

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Politique Néonazisme

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook