Accord historique iranien - l'Allemagne veut sa part

Iran allemagne accord sur le nucle aire
 
Mardi 14 juillet 2015, à Vienne, l'accord historique sur le nucléaire iranien signe le grand retour de l'Iran sur la scène internationale.

 

Iran allemagne accord sur le nucle aireAccord historique

En effet, l'Iran a accepté de renoncer à l'arme nucléaire en contrepartie de la levée des sanctions internationales et ce, après 12 ans de négociations avec les grandes puissances; États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne.

Il faut dire que le cas de l'Iran empoisonnait les relations internationales depuis 12 ans, notamment depuis la découverte d'un site nucléaire secret.

Et l'Allemagne dans tout ça ?

Le ministère de l'économie allemand a fait savoir que Sigmar Gabriel, vice-chancelier et ministre de l'Economie allemand, comptait se rendre en Iran très prochainement pour renforcer les liens économiques des deux pays: "Il y a actuellement des réflexions au ministère de l'Economie pour voyager prochainement en Iran" (et un NDLR) "grand intérêt du côté de l'économie allemande pour une normalisation et un renforcement des relations économiques avec l'Iran".

L'Iran, un gâteau dont l'Allemagne veut sa part

Cet accord et la levée des sanctions internationales transforment évidemment l'Iran, pays émergeant, en un immense marché potentiel. Des entreprises occidentales comme la Française Citroën sont déjà dans les starting blocks. Et l'Allemagne de se souvenir qu'en 2015, elle était le marché le plus important de l'Iran à l'export avec un montant de 5,67 milliards de dollars (14,4 %).

Sigmar Gabriel a ainsi demandé à Eric Schweitzer, président de la fédération allemande des chambres de commerce et d'industrie (DIHK) de l'accompagner lors de son futur déplacement en Iran. Un choix salué par la fédération allemande de l'industrie (BDI) qui projette un volume d'exportations allemandes vers l'Iran à moyen terme de plus de 10 milliards d'euros, contre 2,4 milliards d'euros en 2014, peut-on lire dans le magazine online L'Orient le Jour qui souligne que le secteur des machines-outils, de l'automobile et de la chimie sont les meilleures chances de l'Allemagne.

En effet, la fédération allemande des machines-outils (VDMA) table sur 8 milliards d'euros à réaliser sur le marché iranien: "une part de marché de 15% à 20% aussi bien pour les machines-outils allemandes qu'italiennes serait un grand succès".

Peut-on attendre autre chose d'un rapprochement Allemagne/Iran que de l'éco-géo-stratégie ?

Rêvons un peu et laissons le dernier mot aux poètes Goethe et Hafez (poète iranien), magnifiquement illustré par l'œuvre "Divan occidental-oriental" (West-östlicher Divan) de Goethe...

(Sources: www.lorientlejour.com, www.lemonde.fr, Wikipedia / Image:lefigaro.fr)

 

 
 
 
Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Politique Marques allemandes Business Économie Afrique

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook