Adblock Plus en danger en Allemagne

Adblock en danger en allemagne
 
 
 
La justice ébranle leur modèle économique.

Adblock en danger en allemagneAdblock Plus, le plus célèbre bloqueur de publicité, créé par la société Eyeo, vient de subir un sérieux revers face à la justice allemande.

Objectif légal, procédé illégal

Poursuivi par le groupe de presse allemand Axel Springer qui voit d'un mauvais œil qu'on lui ampute la manne financière que lui rapporte la publicité, Eyeo s'est vu interdire de faire payer les médias pour qu'ils figurent sur sa liste blanche permettant d'afficher leurs publicités quand même.

Si la haute cour de Cologne a reconnu la légalité d'Adblock Plus, comme bloqueur de publicité, elle s'est sérieusement attaquée à son modèle économique.

Un modèle économique controversé

La presse en ligne et les éditeurs de sites sont entrés en guerre avec Adblock Plus qui perçoivent son système comme du racket.

Les médias qui veulent figurer sur la liste blanche d'Adblock Plus doivent respecter la charte des "publicités acceptables" d'Eyeo. Cette charte impose, entre autres, que les publicités soient statiques et sans animation et qu'elles ne recouvrent pas de contenu, etc., afin de ne pas gêner la lecture.

Cependant, 10% des médias doivent en plus payer pour figurer sur la liste blanche, alors que les autres y ont accès gratuitement.

Les 10% des médias concernés sont les grands groupes qui réalisent plus de 10 millions d'impressions par mois et qui doivent payer 30% de leurs revenus pour accéder à la liste blanche. Et c'est contre ces 30% à payer que s'est rebellé le groupe Axel Springer et la justice lui a donné raison.

Un modèle économique en danger

Interdit de faire payer les éditeurs pour le maintien de leur publicité en ligne, Eyeo se prive donc de sa principale source de revenus.

C’est la première fois qu'une décision de justice se réferre à la loi antitrust entrée en vigueur en décembre 2015, loi fondée sur une directive européenne pour la protection des consommateurs.

Pour Eyeo, la justice allemande a surinterprété ce texte en l’appliquant aux relations commerciales entre sociétés, et compte donc se pourvoir auprès de la Bundesgerichtshof (Cour suprême). 

(Source: www.zeit.de, www.internetworld.de / Images: www.geekzone.fr)

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Numérique Justice Business Économie Marques

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook