Catholiques et Protestants s'opposent sur le suicide assisté

Capture d e cran 2014 10 28 a 01 21 30Nikolaus Schneider, président du Conseil de l’Église évangélique d’Allemagne a déclaré que s'il le devait, il aiderait sa femme atteinte d'un cancer à mourir. Alors il dut choisir entre la femme et le dogme. N. Schneider a choisi sa femme et il a quitté son siège. La polémique sur le suicide assisté est lancée. La CDU veut légiférer.

 

Capture d e cran 2014 10 28 a 01 21 30

Avec un taux de suicide de 9,2 en 2012, l'Allemagne interdit l'euthanasie (mort donnée par un tiers) mais ne pénalise ni le suicide, ni l'arrêt des soins, ni l'assistance (familiale ou commerciale) au suicide. Cette spécificité a permis à des organisations telles que la StHD (société Sterbehilfe Deutschland) et Dignitas d'émerger dans la société allemande.

La StHD proclame que toute personne a droit à l'autodétermination pour son dernier souffle et met cela en pratique en premettant l'obtention de cocktails létaux aux candidats au suicide.

Dignitas est la branche allemande d'une association suisse qui organise le départs de candidats au suicide vers la Suisse où est acceptée le suicide assisté.

Ces pratiques assez confidentielles sont aujourd'hui au coeur du débat et divisent catholiques et protestants.

En effet, le président du Conseil de l’Église évangélique d’Allemagne (EKD), Nikolaus Schneider a déclaré, lors d'une interview accordée à Die Zeit cet été, que sa femme Anne, atteinte d'un cancer, s'autorisait l'idée de se rendre en Suisse pour avoir recours au suicide assisté si elle en arrivait à cette nécessité de devoir mourir. Et sa réponse fut;« cela irait totalement à l’encontre de mes convictions et j’en discuterais évidemment avec Anne. Mais au bout du compte, je l’accompagnerais par amour, et cela malgré mes convictions. » 

Cette déclaration a provoqué un tollé, et comme souvent chez les Chrétiens, il a fallu choisir entre la femme et le dogme. Et Nikolaus Schneider a choisi sa femme et a donc quitté son siège de président de l'EKD.

Mais la polémique est lancée et la CDU (parti chrétien-démocrate) a déposé un projet de loi visant à interdire ces pratiques, notamment, la dimension mercantile de l'assistance au suicide.

Mais au-delà de la politique, c'est la position de l'église protestante et de l'église catholique qui se font face.

Alors que l'église protestante déclare que « d’une perspective chrétienne, le suicide d’un être humain est à rejeter par principe [...] Toutefois, ce refus général n’interdit pas que certaines personnes dans des situations d’urgence ou exceptionnelles puissent prendre une décision différente, qu’une personne extérieure ne pourrait concevoir mais qu’il faut respecter. Il ne revient à personne de porter un jugement moral à ce sujet», l'église catholique, au travers de son porte-parole Theodor Bolzenius compte bien « interdire l’aide organisée au suicide ».

Le projet de loi déposé par la CDU pourrait être entériner d'ici un an.

(Source: La Croix / Image: psy-luxeuil.fr)

 

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Religion Qualité de vie Santé Société

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook