Cuba / États-Unis, fin de Guerre Froide

Obama castro
Un jour à marquer d'une pierre blanche.

Hier soir, 17 décembre 2014, sonnait la glas de la Guerre Froide entre les États-Unis et Cuba.

Bonus 1: Discours du président Obama (Vidéo)

Bonus 2: Saviez-vous qu'il y a un petit bout d'Allemagne à Cuba ?

 

En effet, La Havane et Washington on libéré leurs prisonniers respectifs, notamment l'Américain Alan Gross, prisonnier depuis 5 ans à Cuba, suite à une inculpation d'espionnage.

Pour répondre à ce gage de bonne volonté, le président Obama a missionné le secrétaire d'État John Kerry pour entammer des discussions avec La Havane en vue d'une normalisation des relations.

Rappelons que les deux pays sont en rupture diplomatique depuis janvier 1961 et que les États-Unis exercent un embargo sévère sur Cuba depuis 1962.

   
   

Barack Obama s'est adressé aux Américains via un discours télévisé, dans lequel il a fait part de sa volonté de rapprochement avec Cuba. « La politique rigide menée par Washington ces dernières décennies à l'égard de Cuba a eu peu d'impact », a-t-il déclaré.

L'Amérique compte même rouvrir une ambassade à La Havane.

Même démarche du côté du président cubain Raul Castro qui a confirmé le rapprochement de son pays avec les États-Unis lors d'une allocution télévisée.

L'épineuse et taboue question de l'embargo a été soulevée et Obama a fait savoir qu'il envisageait sa levée avant 2017, fin de son second mandat.

Toujours dans le même sens, la Maison Blanche a fait savoir qu'elle oterait Cuba de la liste des pays soutenant le terrorisme.

Mais comment cette Guerre Froide figée dans le temps a-t-elle pu se décanter si soudainement ?

Il semble que ce ne soit pas si soudain. En effet, déjá, lors des obsèques de Mandela en décembre 2013, le président Obama et le président Castro s'étaient serrés la main, geste fortement évocateur d'une "détente".

De plus, il semblerait que le pape François ne soit pas totalement étranger aux pourparlers qui ont organisé ce rapprochement, puisque ce dernier a déclaré avoir offert ses "bons offices" en jouant les intermédiaires.

Pour finir, Obama s'était empétré dans le cas Guantánamo (sud-est de Cuba) en ne parvenant pas à tenir sa promesse de fermer ce camp de prisonniers et il trouve certainement avec ce rapprochement, une façon de mettre fin à une guerre (Guerre Froide), ne parvenant pas à mettre fin à une autre (Guerre contre le Terrorisme).

La hache de guerre semble bel et bien enterrée entre les deux nations. 

À Cuba, les Américains ont Guantánamo et les Allemands ont l'île Ernst Thälmann

L’île Ernst Thälmann fut offerte par Cuba à la RDA (Allemagne communiste) en 1972. Anciennement nommée Cayo Blanco del Sur, elle fut pour l'occasion renommée Île Ernst Thälmann en hommage au chef du Parti Communiste d'Allemagne assassiné en 1944 et devenu héros de RDA. Mais aucun transfert de souveraineté n'a été entériné et ce don fut seulement symbolique. Il reste néanmoins encore aujourd'hui une statut de Ernst Thälmann sur cette île aux oiseaux de 15 km de long sur 500m de large.

(Sources: Courrier International, AFP, Wikipedia / Image: thestar.com)

 

 
 
 
Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Politique Histoire

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook