La Grèce a dit "όχι"

La gre ce a dit non
 
 
 
Que disent les autres pays européens ?

 

La gre ce a dit nonLe "non" grec a fait l'effet d'une onde de choc dans la communauté européenne et au-delà:

Si le gouvernement grec assure que "le non est un outil pour tendre la main à nos partenaires", le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis a tout de même préféré démissionner ce matin afin de facilier les furures négociations.

Commment les autres pays prennent-ils ce non ?

En Allemagne

L'Allemagne prend forcément ce non comme un affront et ne semble pas prête à digérer ce "refus des règles du jeu de la zone euro, tel qu'il s'exprime par le vote non" et désormais, ajoute Sigmar Gabriel, vice-chancelier allemand, "des négociations sur des programmes d'aide chiffrés en milliards paraissent difficilement imaginables".

En France

La France est partisane de nouvelles négociations avec Athènes. Aléxis Tsípras s'est entretenu par téléphone dimanche soir avec François Hollande exprimant le souhait de "tonifier les négociations".

En Italie

Paolo Gentiloni, chef de la diplomatie italienne a quant à lui twitté: "Maintenant il convient de commencer à tenter à nouveau de trouver un accord. Mais on ne sortira pas du labyrinthe grec avec une Europe faible, qui ne retrouve pas la croissance".

En Espagne

Le parti antilibéral Podemos, proche du parti grec Syriza, s'est réjoui, par la voix de Pablo Iglesias: "La démocratie l'a emporté en Grèce". Et, comme l'a exprimé Rafael Mayoral, accolyte d'Iglesias, "la joie se respire au siège de Syriza".

En Russie

Moscou se frotte les mains et savoure une douce revenche envers l'Union Européenne. Le vice-ministre russe de l'Économie, Alexeï Likhatchev s'est empressé de déclarer qu'"une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro serait une sorte de thérapie de choc pour l'Union européenne" et que ce non était "un pas vers la sortie de la zone euro".

(Sources: rtl.fr, europe1.fr / Image: i.huffpost.com)

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Politique Union Européenne Prise de parole Économie Russie Grèce

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook