Le géant allemand Bayer assigné en justice

Le ge ant allemand bayer assigne en justice
 
 
Une jeune Allemande en guerre contre la pilule quatrième génération.

 

Le ge ant allemand bayer assigne en justice

Le géant de pharmaceutique allemand Bayer a fait face hier, jeudi, à une jeune plaignante allemande, lors de l'ouverture d'un procès très attendu, à Waldshut-Tiengen (Bade-Wurtemberg).

En cause, la pilule de quatrième génération Yasminelle, best-seller de la puissante firme qui a généré avec ces nouvelles pilules 768 millions d’euros de chiffre d'affaires sur un total de 42,2 milliards d’euros l'an passé, se classant ainsi numéro un mondial des traitements contraceptifs.

La victime

En juin 2009, la plaignante, Felicitas Rohre, s'était vue préscrire cette pilule quatrième génération par son gynécologue la qualifiant de "particulièrement bien tolérée, bonne pour la peau et pour la ligne", comme indiqué sur la notice du contraceptif. 

Huit mois plus tard, Felicitas Rohre, a été victime d'une double embolie pulmonaire grave qui l'a plongée dans un coma dont elle est heureusement sortie, incrimminant alors la fameuse pilule contraceptive. 

Elle rapporte que "les médecins n’arrivaient pas à croire qu’une femme de 25 ans puisse subir soudainement une embolie pulmonaire. Après examen, le diagnostic exclut toute autre cause que ma pilule.

Mise en cause

Ce qui est mis en cause, c'est la molécule drospirenon qui compose ce contraceptif. Ce principe actif est pointé du doigt par de nombreuses études, dont une étude de BfArM - Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte (Autorité fédérale allemande pour les médicaments) qui évalue à deux fois plus le risque de thrombose par la prise de Yasminelle qu'avec une pilule deuxième génération. 

La position de moins en moins tenable de Bayer

Idem pour l'assurance maladie Techniker-Krankenkasse qui avait tiré la sonnette d'alarme en décembre contre les risques liés aux pilules des troisième et quatrième générations, en recommandant d'utiliser plutôt des pilules seconde génération.

À l'étranger, comme aux États-Unis, la pilule de Bayer a également fait face à de nombreuses plaintes, obligeant le laboratoire allemand à indéminser pour plus de 2 milliards d’euros les quelques 10.000 plaignantes américaines afin d'éviter des procès désastreux pour son image et financièrement.

En France, la Sécurité Sociale a fini par ne plus rembourser les pilules de type Yasminelle, ce qui a eu pour effet de réduire les hospitalisations de femmes pour embolie pulmonaire, et provoquant du coup une chute des ventes et du chiffre d'affaires de Bayer en France.

Malgrés toutes ces mises en causes, Bayer reste satisfait de son produit: "Nous considérons que le profil risque-profit de ces pilules est positif", a encore déclaré son porte-parole.

Face au déni du géant pharmaceutique, Felicitas Rohre n'est pas certaine de remporter la bataille, car Bayer a déjá gagné un procès similaire en Suisse face à une adolescante devenue handicapée.

Pourtant, la jeune Allemande, qui ne pourra plus avoir une vie normale, refuse tout arrangement amiable et compte bien obtenir 200.000 euros de dommages et intérêts de la firme, ainsi que l'interdiction de la pilule de quatrième génération.

L'enjeu est inquantifiable pour le géant Bayer.

Affaire à suivre...

(Sources: www.spiegel.de, www.liberation.fr / image: www.spiegel.de)

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Marques allemandes Sexualité Qualité de vie Justice Santé

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook