Le journal d'Anne Frank pas à jour pour le domaine public

Anne frank

 

L'oeuvre devait tomber dans le domaine public au 1er janvier 2016 mais les ayants droits ne sont pas prêts à rendre leur "copie-right".

 

Anne frank

Le journal d'Anne Frank, journal intime d'une adolescente juive allemande exilée aux Pays-Bas et qui mourra dans le camp de Bergen-Belsen en 1945, est l'œuvre littéraire la plus répandue pour sensibiliser les jeunes à l'horreur de la Shoah.

Aujourd'hui, cette œuvre est au cœur d'une polémique.

En effet, alors que le droit français fait entrer une œuvre dans le domaine public soixante-dix ans après la mort de son auteur, soit au 1er janvier 2016 pour Le journal d'Anne Frank, le Fonds Anne Frank, basé à Bâle (Suisse) vient de faire savoir qu'il y opposerait  son veto en s'appuyant sur les exceptions juridiques permettant de maintenir une œuvre sous droits d'auteur.

Les ayants droit se réfugient derrière la protection des œuvres posthumes qui protège une œuvre soixante-dix ans après la mort de l'auteur ou vingt-cinq ans après la publication de l'œuvre.

Ainsi, pour le Fonds Anne Frank; "les versions du Journal telles que réalisées par Anne Frank elle-même n’ont été publiées que dans les années 1980, après son décès, et à ce titre bénéficient du régime des œuvres posthumes, et notamment du régime antérieur plus favorable ne faisant courir la durée de protection de 50 ans qu’à partir de la date de la première publication, soit bien au-delà de 2015. Il en est de même des versions du Journal réalisées par Otto Frank ou par Mirjam Pressler dont les droits appartiennent également au Fonds Anne Frank, sur la base cette fois des règles applicables aux œuvres composites, au regard du travail très important de ces personnes sur ces éditions. Ces deux versions restent ainsi encore protégées pour longtemps, Otto Frank étant décédé en 1980 et Mme Mirjam Pressler vivant actuellement en Allemagne."

En France, beaucoup attendaient le 1er janvier 2016 avec impatience et s'insurgent de cette interprétation de la loi. Ils clament qu'ils détourneront la loi en proposant quand même Le journal d'Anne Frank en téléchargement. C'est le cas du chercheur Olivier Ertzscheid, de la députée écologiste Isabelle Attard, Lionel Maurel, Daniel Bourrion...

Un hashtag #AnneFrank a été lancé pour soutenir cette action.

(Source: www.livreshebdo.fr / Image: www.ushmm.org)

 

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Religion Histoire Justice Prise de parole Enfants Littérature Mort Éducation

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook