"Nein heißt Nein"

Nein hei t nein loi viol allemagne
 
 
 
Durcissement de la législation relative au viol.

Nein hei t nein loi viol allemagneLe Bundestag a adopté le 7 juillet dernier, et à l'unanimité, un durcissement de la législation relative au viol.

Ce nouveau texte de loi est basé sur le principe du "Nein heißt Nein" (non, c’est non).

Cette loi sera soumise à l’approbation de la Haute Chambre à la rentrée.

"Nein heißt Nein"

Désormais, tout acte sexuel, y compris les mains aux fesses et les attouchements, commis contre la volonté identifiable d’une personne sera considéré comme une infraction pénale.

Ce durcissement de la loi répond à de nombreux cas qui échappaient jusqu'alors à des poursuites, comme le souligne auprès d'Euronews Katja Grieger, de l'organisation Frauen gegen Gewalt (Femmes contre la violence): "Avant, pour qu’un viol soit puni par la loi, il fallait qu’il y ait une résistance de la part de la victime, ou que son agresseur ait recours à la violence ou soit menaçant. Maintenant, il suffit de dire non. Cela signifie que de nombreuses agressions sexuelles qui, jusqu‘à aujourd’hui, étaient totalement exemptes de sanctions judiciaires, peuvent faire l’objet de poursuites, si elles sont dénoncées."

Les raisons du changement

Il est certain que cette loi fait suite aux agressions sexuelles en masse lors du Nouvel An de Cologne, où 1.200 femmes ont été agressées par 2.000 hommes, dont seuls quatre ont été condamnés.

Il est clair que le gouvernement a voulu envoyer un message fort à la population mais aussi aux migrants puisque cette nouvelle loi prévoit aussi l'expulsion des immigrés condamnés pour agression sexuelle. 

L'actualité allemande est également prise par le cas très médiatique de la starlette de téléréalité Gina-Lisa Lohfink, dont la plainte pour viol s'est transformée en procès pour "dénonciation calomnieuse".

Mais il serait dommage de limiter aux événements de Cologne et au cas de Gina-Lisa Lohfink les raisons de ce changement.

En effet, ce vote fait suite à un long débat, dans un pays où, jusque-là, la victime devait prouver qu’elle avait essayé de s’enfuir ou de se défendre physiquement ou encore que son agresseur l'avait gravement menacée pour faire reconnaître un viol. 

Avec cette réforme, l’Allemagne pourra enfin ratifier la convention d’Istanbul (traité international adopté par le Conseil de l’Europe sur la violence à l'égard des femmes).

(Source: Euronews, www.welt.de / Image: www.tagblatt.de)

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Criminalité Activisme Sexualité Justice Prise de parole Société Éducation

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook