Quand le gouvernement allemand veut "protéger" les prostituées

Prostitution allemagne
 
 
Ou comment une loi dite de protection s'avère être une mise sous tutelle à des fins de contrôle.

 

Prostitution allemagneBien que la prostitution soit parfaitement légale en Allemagne, le gouvernement cherche régulièrement à la restreindre en la contrôlant sous couvert de protection des individus, soit 400.000 prostitués femmes et hommes.

Une nouvelle loi de protection des prostituées vient d'être rendue publique et devrait entrer en vigueur en 2016.

Cette loi rendra obligatoires l'utilisation du préservatif et la consultation médicale, interdira aux établissements offrant des services sexuels de proposer des forfaits à leurs clients et point qui fait polémique, un permis d'exercer la prostitution sera délivré.

Ce permis d'exercer la prostitution devra être renouvelé tous les deux ans

Il sera délivré par la police ou l'administration municipale après entretien et consultation médicale dans un établissement pubic, comme le stipule le projet de loi: «Lors de l'inscription, s’il apparaît que la personne ne dipose pas des capacités de discernement requises pour assurer sa protection ou bien est exploitée par un tiers, les autorités compétentes doivent prendre les dispositions nécessaires pour assurer la protection de la personne.» 

Mais ces dispositions risquent de se heurter aux lois allemandes sur la protection des données personnelles, comme l'a souligné Bärbel Heide Uhl, membre du KOK-Bundesweiter Koordinierungskreis gegen Menschenhandel (Cercle de coordination contre le trafic d'êtres humains).

Protestation des prostituées

Du côté des prostituées, l'association de prostituées Doña Carmen a fait savoir que «Cela revient à stigmatiser toute une profession. Les travailleuses du sexe sont assimiliées à des simples d'esprit» et demande l'abandon de cette loi. Idem pour le site dédié aux prostituées plattform-frankfurt.de qui crie à l'"outing inévitable". Une manifestation de prostituées a été organisée à Francfort samedi dernier.

Excès de zèle...

Comme le Taz.de le fait remarquer, nous nous demandons comment et qui contrôlera si un préservatif a bien été utilisé. Devra-t-on alors créer une police du sexe ou plus précisémment une police de la capote usagée ? On est bien curieux de voir l'application concrète d'une loi aussi incontrôlable...

(Sources: Die Tageszeitung, Taz.de, Slate.fr / Image: referentiel.nouvelobs.com)

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Santé Sexualité Gouvernement Société

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Logo petitRejoignez-nous sur Facebook