Des zones réservées au trafic de drogue au Görlitzer Park

Des zones réservées au trafic de drogue au Görlitzer Park

Des zones réservées au trafic de drogue au Görlitzer Park

 

Une initiative qui fait polémique

Görlitzer Park: "Deal-Zonen" / "No-Deal-Zonen"

Tristement célèbre pour le trafic de drogue qui s'y déroule du matin au soir, le Görlitzer Park fait l'objet d'une expérimentation qui fait polémique.

En effet, las des plaintes continuelles et sans effet des riverains et promeneurs qui ne peuvent s'y aventurer sans être systématiquement sollicités par les dealers, le directeur du parc, Cengiz Demirci a décidé de cesser de s'en remettre aux vaines descentes de police et propose une initiative très contestée.

Cengiz Demirci qui, depuis deux ans et demi, manage le Görlitzer Park, un jardin public de 140.000 m2 situé à Kreuzberg aussi appelé le "Görli", a décidé de tracer au sol et au spray des zones où les dealers seraient tolérés.

Son objectif est de circonscrire les dealers à des zones éloignées des aires de jeux pour enfants et des badauds. 

Ces "Deal-Zonen" s'adressent aux quelques 250 dealers répertoriés (selon la presse locale), pour la plupart venus de pays d'Afrique noire, et ont une taille pouvant accueillir deux personnes (ou dealers) maximum. À d'autres endroits du park, des "No-Deal-Zonen" ont également été tracées au sol.

Mais l'initiative provoque un tollé du côté de certains élus qui y voient une légalisation déguisée du trafic de drogue, comme l'a dénnoncé dans le journal Bild, le président de groupe CDU Timur Husein: "L'état coopère avec les dealers. C'est une capitulation devant la criminalité".

Idem pour la commissaire fédérale chargée des drogues, Marlene Mortler (union chrétienne-sociale en Bavière), qui s'est exprimé auprès de Funke Mediengruppe: "Si c'est vrai, alors c'est un abandon du droit".

Face à la polémique, le Bezirksamt Friedrichshain-Kreuzberg (mairie de l'arrondissement) a voulu apaiser les tensions en assurant que cette initiative n'était qu'une expérimentation et qu'elle n'avait pas encore fait l'objet d'une décision définitive.

Précisons qu'au-delà de la polémique, dans les faits, hier jeudi, aucun dealer n'a été vu "utilisant" ces zones réservées.

Image: Günther/Bild

 

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Criminalité Activisme Urbanisme Qualité de vie Afrique

Ajouter un commentaire