L'Allemagne veut interdire les

L'Allemagne veut interdire les "thérapies" pour les homosexuels

L'Allemagne veut interdire les

 

L'homosexualité n'est pas une maladie. 

Berlin veut mettre fin aux thérapies de conversion

Le ministre allemand de la Santé Jens Spahn a déclaré vendredi dernier qu'il souhaitait interdire les "thérapies de conversion".

Ces "thérapies", qui n'ont de thérapie que le nom, visent à remettre les homosexuels sur le droit chemin de l'hétérosexualité.

"L'homosexualité n'est pas une maladie, et c'est pourquoi elle n'a pas besoin d'être traitée", a déclaré au journal Taz le ministre du parti conservateur CDU.

Très répandues aux États-Unis, les thérapies de conversion visent en premier lieu des adolescents homosexuels ou transgenres et sont généralement "administrées" contre la volonté de ces derniers et sur pression des familles.

Les "patients" sont soumis à des électrochocs pendant qu'ils visionnent des images de rapports homosexuels dans le but de les dégoûter. Ces mesures s'apparentent à de la torture mentale digne d'Orange mécanique*.

D'autres méthodes consistent à administrer des injections massives de testostérone (hormone stéroïdienne), pour doper une virilité supposée incompatible avec l'homosexualité masculine.

Dans l'Union européenne, seules Malte et les régions autonomes espagnoles de Madrid et Valence ont rendu les thérapies de conversion illégales, même si en mars 2018, le Parlement européen a adopté un texte incitant les États membres à les interdire. 

Jens Spahn, lui-même homosexuel ayant fait son coming-out, souhaite faire adopter cette loi d'ici cet été: "Je ne peux pas imaginer qu'il y ait un partisan des thérapies de conversion dans mon groupe parlementaire au Bundestag", a-t-il ajouté. 

*Orange Mécanique, film de Stanley Kubrick, 1972, dans lequel un adolescent est soumis à une thérapie de choc pour le dégoûter de la criminalité.

Images: tetu.com, slate.fr

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Politique Activisme Sexualité Justice Santé Société

Ajouter un commentaire