Le premier député noir d'Allemagne victime de tirs sur sa permanence

Le 1er député noir d'Allemagne (ex-RDA) victime de tirs sur sa permanence

Le premier député noir d'Allemagne victime de tirs sur sa permanence
 
 
 
"Je ne suis pas votre nègre!"

Des impacts de balles tirées sur la permanence de Karamba Diaby

Dans la nuit de mardi à mercredi, la permanence de Halle du député allemand Karamba Diaby a été la cible de tirs à travers la vitre.

Docteur en chimie d’origine sénégalaise, Karamba Diaby est le premier député (SPD) d'origine africaine à siéger au Bundestag. Élu en 2013 dans une circonscription du nord-ouest de Leipzig, en ex-RDA et réélu en 2017, Diaby s'était fait l'écho du racisme à l'œuvre dans sa région en publiant alors sur Facebook: "À tous les racistes : I'm not your negro !"(Je ne suis pas votre nègre!), reprenant ainsi les mots de l'écrivain noir américain James Baldwin.

Alors qu'il avait déjà fait l'objet d'insultes racistes et de menaces de mort de l'extrême droite, ce sont maintenant des armes à feu qui sont utilisées pour intimider l'élu de 58 ans.

Mercredi matin, après avoir découvert les impacts de balle, le député à fait savoir sur Twitter qu'"une vitrine avec mon portrait présente plusieurs impacts de balle. La police […] enquête".

La police a bien confirmé la présence de cinq impacts de balle sur la vitrine, à hauteur de visage mais n'a pas retrouvé les projectiles.

Sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, a qualifié ces faits de "tout simplement inconcevables. Répugnants et lâches." "Nous allons continuer d'être à vos côtés pour une démocratie libre, tolérante et plurielle. Maintenant plus que jamais!", a-t-il ajouté.

"Je suis très choquée de découvrir les méthodes auxquelles de lâches criminels ont recours pour intimider ceux qui ont des opinions différentes", a renchéri la coprésidente du SPD, Saskia Esken.

(Image: www.tag24.de)

Partager sur Facebook Bouton twt Commentaires Plus de news 2 
   

Politique Criminalité Activisme Communautarisme Tragédies Afrique

Ajouter un commentaire