La Mort à Venise

La mort à VeniseAuteur: Thomas Mann

Titre original: Der Tod in Venedig

Date de parution: 1912

Genre: Nouvelle

Quatrième de couverture:

La fascination mortelle que peut exercer la beauté, tel est le sujet de La mort à Venise, ce chef-d'oeuvre d'inspiration très romantique où l'on retrouve l'essentiel de la pensée de Thomas Mann.
Gustav Aschenbach, romancier célèbre et taciturne, voit sa vie bouleversée par la beauté divine et la grâce d'un adolescent. Sous le regard interrogateur du jeune Tadzio, la descente aux abîmes de ce veuf respectable, dans une Venise au charme maléfique rongée par le choléra, est un des récits les plus troublants de cet auteur.
Le désordre passionnel qui s'empare de Gustav Aschenbach révèle une part des tourments intimes de l'immense écrivain que fut Thomas Mann dont l'autobiographie à peine voilée a inspiré toute l'oeuvre.

La mort à Venise est suivi de Tristan, dont l'univers glacé de la montagne et la gaieté factice du sanatorium composent une sorte de prélude à La montagne magique, un de ses grands romans. Dans ce monde qui déjà échappe aux vivants s'affrontent l'artiste, voué aux rimes morbides et à la métaphysique, et le bourgeois, homme d'action à la santé et aux affaires florissantes.

Une nouvelle brève mettant en scène un pauvre veuf alcoolique , Le chemin du cimetière, clôt ce recueil de façon poignante.

. (Éd. Stock)

 

Pourquoi faut-il lire ce livre ?

Cette nouvelle, prix Nobel de littérature, a inspiré le grand cinéaste Luchino Visconti pour son flílm Morte a Venezia en 1971. Rien de mieux pour donner envie de lire cette nouvelle que les paroles de Thomas Mann lui-même, interrogé par Visconti en 1951:

"Rien n'est inventé, le voyageur dans le cimetière de Munich, le sombre bateau pour venir de l'Île de Pola, le vieux dandy, le gondolier suspect, Tadzio et sa famille, le départ manqué à cause des bagages égarés, le choléra, l'employé du bureau de voyages qui avoua la vérité, le saltimbanque méchant, que sais-je… Tout était vrai.
L'histoire est essentiellement une histoire de mort, mort considérée comme une force de séduction et d'immortalité, une histoire sur le désir de la mort. Cependant le problème qui m'intéressait surtout était celui de l'ambiguïté de l'artiste, la tragédie de la maîtrise de son Art. La passion comme désordre et dégradation était le vrai sujet de ma fiction.
Ce que je voulais raconter à l'origine n'avait rien d'homosexuel ; c'était l'histoire du dernier amour de Goethe à soixante-dix ans, pour Ulrike von Levetzow, une jeune fille de Marienbad : une histoire méchante, belle, grotesque, dérangeante qui est devenue La Mort à Venise. À cela s'est ajoutée l'expérience de ce voyage lyrique et personnel qui m'a décidé à pousser les choses à l'extrême en introduisant le thème de l'amour interdit. Le fait érotique est ici une aventure anti-bourgeoise, à la fois sensuelle et spirituelle.
Stefan George a dit que dans La Mort à Venise tout ce qu'il y a de plus haut est abaissé à devenir décadent et il a raison.
"

Thomas Mann

 

Vous avez lu ce livre ? Votre avis nous intéresse:

Publiez vos critiques dans les commentaires

 

Partager sur Facebook Bouton twt Amazon 1 Bouton litte ratu r
 
 Dernières suggestions: 
 
Comprendre les règles du chômage partiel en Allemagne

Comprendre les règles du chôma

Crise du Covid-19 en Allemagne

Franz von suppe

Du bist verrückt mein Kind, du

Mais qui se cache derrière cette œuvre de street art ?

Rhume, grippe ou Covid ?

Rhume, grippe ou Covid ?

Comment faire la différence ?

Ajouter un commentaire

 

 

Newsletter